Comment financer ma reconversion professionnelle ?

Par Tony, le 20 décembre 2019

Le financement d’une formation n’est pas toujours aisé qu’il soit via de l’autofinancement ou via des aides. Il est des fois compliqué de s’y retrouver face à la multitude de mécanismes nationaux et régionaux. Nous vous proposons de faire un point sur ces dispositifs afin de vous aiguiller le plus facilement possible dans votre projet de reconversion professionnelle.

Les financements nationaux

En fonction de votre situation professionnelle ainsi qu’autres paramètres comme votre âge ou encore votre niveau de qualification, il existe différents financements nationaux qui peuvent financer une partie ou la totalité du prix de la formation professionnelle.

Le premier dispositif, le Compte Professionnel de Formation, concerne les salariés ou toute personne ayant été salarié les dernières années. Anciennement appelé le DIF pour Droit Individuel à la Formation, le CPF a été réformé en 2018 pour une application au 1er Janvier 2019 et permet depuis d’avoir un montant en euros sur votre compte directement utilisable sur un catalogue de formations.

Si vous avez travaillé au moins la moitié d’une année, votre Compte Professionnel de Formation sera alimenté une fois par an d’un montant de 500 euros dans la limite d’un plafond de 5000 euros. Si vous avez peu ou pas de qualification, le montant ajouté par an sera 800 euros.

Le CPF de transition professionnelle remplace quant à lui le CIF, le Congé Individuel de Formation. Il vous permettra d’avoir de vous mettre en “congé” pendant une durée maximale d’un an tout en garantissant votre retour à l’emploi dans l’entreprise et tout en permettant une rémunération minimum fixé par un décret.

Avant la date du 1er Janvier 2019, c’était les FONGECIF (Fonds de Gestion des Congés Individuels de Formation) qui s’occupaient du CIF. Aujourd’hui, ils deviennent des CPIR pour Commissions Paritaires Interprofessionnelles Régionales et gardent leurs missions notamment sur la gestion du CPF de transition professionnelle et le CPF de démission.

À propos de ce dernier, contrairement au DIF, le CPF de démission permet de garder l’ensemble de vos droits acquis avant une démission pour pouvoir les utiliser afin d’effectuer votre projet de reconversion professionnelle.

Si vous êtes aujourd’hui à Pôle Emploi, vous pouvez également avoir l’Aide Individuelle à la Formation Professionnelle (AIF), que vous pouvez cumuler avec votre CPF et dont le montant maximum varie suivant le reste à charge à financer pour votre formation.

Un exemple : une formation “Développeur Informatique – Full Stack JavaScript” coûte 6000 TTC . Vous avez 4000 euros via votre CPF, vous pouvez alors avoir jusqu’à 2000 euros via l’AIF.

D’autres dispositifs existent comme :

  • la Préparation Opérationnelle à l’Emploi Individuelle (POEI) accessible via Pôle Emploi et qui permet de faire financer la formation par une entreprise ayant des besoins de recrutement et les OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé).
  • le FIP-PL, l’AGECIF ou encore le FAPPM si vous êtes à votre compte en tant que profession libérale ou indépendant, vous pouvez bénéficier d’aides de ces organismes.
  • le CROUS, si vous avez moins de 28 ans, dispose également d’aides spécifiques pour la formation.

Les financements de la région Bretagne

Les conseils régionaux sont un des principaux financeurs de la reconversion professionnelle. Ils disposent de plusieurs mécanismes en ce sens qui permettent un financement partiel ou totale d’une formation.

Un premier dispositif est celui du Chèque Formation dont les modalités de fonctionnement varie entre les régions mais dont la mission reste la même : permettre l’accès individuel des demandeurs d’emploi à une formation certifiante.

Si l’on regarde la situation en région Bretagne, aujourd’hui le Chèque Formation s’adresse plus spécifiquement aux jeunes de 18 à 26 ans inscrits à Pôle Emploi et suivis par une des Missions Locales. Il s’adresse aussi à toutes personnes en Bretagne inscrite à Pôle Emploi.

La formation peux être prise à 100% en charge pour une formation sur un titre BEP/CAP/BAC dans la limite de 3050 euros et à 75% sur une formation délivrant un BTS/Licence/Master dans la limite de 3050 euros. En fonction de la qualification initiale, la limite est de 4500 euros.

Un autre dispositif est celui de Qualif Emploi, qui s’adresse aux même publics que le Chèque Emploi mais qui incorpore aussi les salariés en procédure de licenciement économique ou étant actuellement en contrat de sécurisation professionnelle.

Le montant maximum de ce financement est de 3000 euros pour les formations de niveau Bac+2, Bac+3, et Bac +5. Et de 3500 euros pour les formations de niveau BEP/BAC/CAP. Pour les personnes ayant peu de qualifications, l’aide maximale est de 4500 euros.

Share This